Mardi 31 mars

Mardi 31 mars – lecture Hervé Gasser
Mardi trente et un mars, l’écriture est partie
Plus tôt que d’habitude et sans dire au-revoir
Je l’appelle au bureau, j’arpente le couloir
Je tente de la joindre par télépathie

En vain. Pas de petit mot sur l’ordinateur
Zéro nouveau message sur mon répondeur
Aucun post-it sur le frigo ni dans l’entrée
Pas un texto, pas un tweet, rien : évaporée

Mais à côté du lit je trouve son foulard
L’appartement se change en transport aérien
Je voyage, comme Loti, comme Cendrars
Sur une machine à vapeurs aromatiques
Ce n’est pas Tahiti, ni le Transsibérien
Non, c’est le parfum du gel hydroalcoolique

(4 commentaires)

Répondre à Hervé Gasser Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :