Qui n'a des ricochets étranges ?

Tu n’es pas allé à l’école
À cause d’un zizi qui brûle
Et tu navigues en pirogue
Dans les moulures du plafond
Le plafond du baron Haussmann
Saute-ruisseau et coq-à-l’âne
Qui ne connaît pas ce motif ?
Qui n’a des ricochets étranges ?
 
Tandis que la chatte surveille
Les colibris sur l’abat-jour
L’abat-jour du baron Haussmann
Filet-mignon et coq-à-l’âne
Tu pagayes, contemplatif
Devant un poster de Gauguin
Parmi les fièvres tropicales
Et les fleurs de bougainvillier
Dans les cheveux des tahitiennes
Et les pagnes polynésiens
Qui ne connaît pas ce motif ?
Et parfois la chatte renifle
Ton oiseau-mouche ridicule
Dans sa compresse de Synthol
Ton colibri au bec pointu
Qui brûle et hurle quand s’écoulent
Quelques gouttes de plomb fondu
Sur le canapé du salon
Celui qui sent déjà l’urine
L’urine aigrelette et fielleuse
De la chatte qui fait la folle
Avec le coton hydrophile
Mais fait toujours au même endroit
Comme une vieille siamoise
Qui ne dit rien mais sait des choses
Sur les motifs décoratifs
Sur les tissus collés-tendus
— Et c’est elle qui prend la trempe
La trempe de vingt heures trente
La trempe du père qui rentre
La trempe du père irascible
Pour le canapé convertible
Et parce qu’il est impossible
De se garer dans ce quartier
Le quartier du baron Haussmann
Marteau-pilon et coq-à-l’âne
Qui n’en connaît pas le motif ?
C’est le tarif prohibitif
C’est la faillite de sa boîte
C’est son mariage qui boîte
Et son canapé quasi-neuf
Le canapé-lit qu’il déplie
Un samedi sur deux qu’il dort
Dedans avec une autre femme
Une lointaine francilienne
Dont il te dit qu’elle est docteure 
Et qui t’ausculte le zizi
Le zizi du baron Haussmann
Orang-outang et coq-à-l’âne
Qui ne connaît pas ce motif ?
Qui n’a des ricochets étranges ?
 
 
Hervé Gasser - janvier 2020

J’emprunte les « ricochets étranges » à Blaise Cendrars qui écrit dans Le Panama ou les aventures de mes sept oncles (1914) : « Tous ceux de ma génération sont ainsi/ jeunes gens / qui ont subi des ricochets étranges », et le vers « Qui ne connaît pas ce motif » au Carnaval de Venise de Théophile Gautier, dont les Émaux et Camées (1852) paraissent un an avant la nomination par Napoléon III du baron Haussmann à la préfecture de Paris.

Papier à motif répétitif / Robert Duflos, Ponthierry : Soc. Isidore Leroy (1925-1926)
Source : gallica.bnf.fr

Rédigé par Hervé Gasser

Écrivain et enseignant, je vis et travaille à Lyon.

(5 commentaires)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :